Coffret prestige Train Voyageurs Historique "ADLER" (aigle) ECHELLE 1

Solde !
Coffret prestige Train Voyageurs Historique "ADLER" (aigle) ECHELLE 1

MA55175

Fabricant : MARKLIN
Energie : Vapeur
Compagnie : DB-AG
Echelle : 1 : 1/32

Modèle réel : Train musée de la Deutsche Bahn AG (DB AG) en état de marche, d'après le modèle de la Ludwigs-Eisenbahn de 1835. Etat actuel datant de la reconstruction suite à l'incendie du musée en octobre 2005. Modèle réduit : Locomotive « Aigle » avec décodeur numérique mfx. Exploitation au choix sous courant alternatif, courant continu, Märklin Digital et Märklin Systems possible....

Plus de détails

1 490,00 € TTC

1 990,00 €TTC

-25.1256%

En stock - Livré en 48h
par Colissimo. France à partir de 7,90 € TTC. Europe/Suisse : à partir de 14,90 € TTC.

  • France : à partir de 7,90 €
    (Franco à partir de 199€)

    Europe : à partir de 14,90 €
    (Franco à partir de 399€)

    Suisse : à partir de 14,90 €
    (Franco à partir de 399€)

  • Paiements sécurisés.
    Débit à l’expédition.

  • Suivi de colis par SMS.

  • Question, conseil, commande

    03 84 37 31 83 Prix d’un appel local.
    Du lundi au samedi 9h-12h et 14h-17h

Ajouter à ma liste d'envies

Modèle réel : Train musée de la Deutsche Bahn AG (DB AG) en état de marche, d'après le modèle de la Ludwigs-Eisenbahn de 1835. Etat actuel datant de la reconstruction suite à l'incendie du musée en octobre 2005. Modèle réduit : Locomotive « Aigle » avec décodeur numérique mfx. Exploitation au choix sous courant alternatif, courant continu, Märklin Digital et Märklin Systems possible. 2 moteurs miniatures haute performance avec rotor sans fer dans le tender. 2 essieux moteurs. 2 lanternes indépendantes à l'avant avec diodes électroluminescentes sans entretien (LED) ; fonction permanente en mode d'exploitation conventionnel, sélection possible en mode numérique. Roues motrices réalistes sans boudin. Attelage spécial entre locomotive et tender. Cabine de conduite détaillée. 3 voitures voyageurs ouvertes, 3e classe avec auvent. Cadre réaliste ajouré. Attelages spéciaux. Rayon minimal d'inscription en courbe 600 mm. Longueur du train 68 cm. Le train voyageurs historique « Aigle » paraît en 2010 à l'occasion du 175e anniversaire des chemins de fer allemands, dans une série unique de 666 exemplaires. Un certificat numéroté attestera de l'authenticité de ce coffret exclusif. Le 7 décembre 1835 circulait le premier train en Allemagne entre les villes de Nuremberg et de Fürth. La ligne, longue de 7,45 km seulement, devenue célèbre sous le nom de « Ludwigs-Eisenbahn », était issue d’un projet « révolutionnaire » pour l’époque, élaboré déjà quelques années auparavant. C’est ainsi que fut fondée en 1833 la « Privilegierte Ludwigs-Eisenbahn-Gesellschaft » (Société de chemin de fer Ludwig privilégiée), qui finit par obtenir le 19 février 1834 du roi de Bavière Ludwig Ier la concession pour la construction et l'exploitation du chemin de fer. Des chevaux et des voitures à vapeur étaient censés être disponibles pour l’exploitation. A l’origine, la voiture à vapeur devait être construite en Allemagne, mais il fut impossible de trouver un fabricant fiable. La construction de la première « voiture à vapeur » allemande fut donc adjugée presque in extremis à George Stephenson, père de la locomotive à vapeur établi en Angleterre, à Newcastle upon Tyne. La commande ne fut passée qu’en mai 1835 et c’est au terme d’un très pénible voyage de presque huit semaines que la nouvelle locomotive à vapeur arriva à Nuremberg le 26 octobre 1835 sous la forme de plus de 100 pièces détachées et emballées dans 19 énormes caisses. Le montage fut aussitôt réalisé sous la direction avisée de William Wilson, mécanicien anglais « livré » avec la loco ; une fois terminée, la machine fut baptisée « l’Aigle », d’après l’animal héraldique de l’empereur et des villes libres. L’acquisition des voitures s'avéra plus simple. Deux châssis avaient été livrés d’Angleterre avec la machine, les caisses de wagon correspondantes ainsi que les sept autres voitures voyageurs étaient construites par « l'industrie » locale. La locomotive était montée sur un cadre en bois revêtu de tôle. Deux cylindres internes horizontaux à vapeur saturée entraînaient l’essieu moteur situé au centre. Les roues motrices étaient dépourvues de boudins afin de pouvoir s’inscrire dans les courbes à petit rayon. En fonte (plus tard en fer forgé), les roues étaient entourées de bandages forgés. Les rayons de roue creux forgés contenaient un noyau en bois pour mieux amortir les accidents de terrain. Le freinage était assuré par un frein à vis qui agissait uniquement sur les deux roues du tender situées sur la droite du chauffeur. La coke, combustible de départ, fut ensuite remplacée par la houille. « L’Adler » (l’Aigle), qui pesait exactement 6,5 tonnes, fit ses preuves d’emblée. Sa puissance était de 40 ch et sa vitesse haut-le-pied de 65 km/h. Il pouvait remorquer jusqu’à 12 voitures. Après 22 années de bons et loyaux services, il fut réformé en 1857 et rapidement ferraillé. Pour le 100e anniversaire des chemins de fer allemands en 1935, la DRG fit construire à partir de 1933 dans l’atelier principal de Kaiserslautern une reproduction fidèle avec les voitures correspondantes. Outre quelques caractéristiques techniques divergentes, la réplique se distinguait de l’original surtout par l’épaisseur des parois de la chaudière (supérieure pour des raisons de sécurité), des renforts transversaux supplémentaires et des roues à rayons en acier. C’est ainsi que la « fumante » réplique de l’Aigle représenta les premières années du chemin de fer en Allemagne lors de leur 100e, 125e et fut encore remis en service pour les 150 ans. Suite à un incendie dans le dépôt du Musée de Nürnberg-Gostenhof, le 17. octobre 2005, la réplique de l’Aigle jusqu’alors en bon état de circulation fut sévèrement endommagée. La direction de la DB décida toutefois de la remettre en état. Quatre-vingts pour cent des pièces d'origine de 1935 purent tout de même être réutilisées pour la reconstruction. Le nouvel « Aigle » devint même plus réaliste que la machine brûlée. Ainsi, la cheminée, par exemple, fut reconstruite dans sa forme d’origine, contrairement à la réplique de 1935. Seuls les deux wagons brûlés, essentiellement en bois, durent être presque entièrement reconstruits. Depuis le 23 novembre 2007, le nouvel « ancien » Aigle ainsi que trois voitures voyageurs, une ancienne (1935) et deux nouvelles (2007), se retrouvent à nouveau dans une remise à locomotives située près du Musée de la DB, à Nuremberg.

Marklin 1

 

Modèle réel : Train musée de la Deutsche Bahn AG (DB AG) en état de marche, d après le modèle de la Ludwigs-Eisenbahn de 1835. Etat actuel datant de la reconstruction suite à l incendie du musée en octobre 2005.
 
Modèle réduit : Locomotive « Aigle » avec décodeur numérique mfx. Exploitation au choix sous courant alternatif, courant continu, Märklin Digital et Märklin Systems possible. 2 moteurs miniatures haute performance avec rotor sans fer dans le tender. 2 essieux moteurs. 2 lanternes indépendantes à l avant avec diodes électroluminescentes sans entretien (LED) ; fonction permanente en mode d exploitation conventionnel, sélection possible en mode numérique. Roues motrices réalistes sans boudin. Attelage spécial entre locomotive et tender. Cabine de conduite détaillée. 3 voitures voyageurs ouvertes, 3e classe avec auvent. Cadre réaliste ajouré. Attelages spéciaux. Rayon minimal d inscription en courbe 600 mm. Longueur du train 68,0 cm.

DisponibilitéEn stock : expédié sous 24H
Echelle1 : 1/32
EnergieVapeur
CompagnieDB-AG
EpoqueVI
TechnologieDigital
Réf. fabricant55175

Ces articles pourraient aussi vous intéresser